You are here

Qu’est-ce que le dépistage néonatal ?
Le dépistage néonatal est un élément important des soins apportés à un bébé. Il s’agit d’un service de santé publique géré par l’État qui veille à ce que tous les bébés soient soumis à un dépistage de certaines maladies pouvant entraîner de graves problèmes de santé. De nombreux bébés nés avec ces pathologies ne présentent aucun signe à la naissance et semblent en bonne santé. En fait, beaucoup n’ont pas d’antécédents familiaux de cette maladie.

Plus de 60 pathologies différentes peuvent être détectées par le dépistage néonatal. Pour les bébés nés avec ces maladies graves, mais traitables, le dépistage néonatal permet de recevoir un diagnostic et un traitement le plus tôt possible. Le dépistage néonatal peut changer la vie d’un bébé en aidant les professionnels de la santé à établir un diagnostic précoce et à commencer le traitement avant que de graves problèmes ne se développent.

Chiffres clés

  • Près de 4 millions de bébés nés aux États-Unis bénéficient d’un dépistage néonatal.
  • Près d’un bébé sur 300 est atteint d’une maladie qui peut être détectée grâce au dépistage néonatal.
  • Le dépistage néonatal a lieu généralement lorsque le bébé a entre 24 et 48 heures.
  • Aux États-Unis, tous les États exigent le dépistage néonatal, mais tous les États ne dépistent pas les mêmes maladies.

Dépistage néonatal et DICS
Les bébés nés avec un déficit immunitaire combiné sévère (DICS) semblent en bonne santé à la naissance, mais sont incapables de combattre les infections. Le test sanguin de dépistage néonatal peut montrer si un bébé a un faible nombre de lymphocytes T, un signe qu’il peut être atteint de DICS. Les lymphocytes T sont un type de globules blancs qui jouent un rôle essentiel dans la lutte contre les infections. Un manque de lymphocytes T est essentiel pour diagnostiquer le DICS, mais peut se produire dans d’autres conditions de santé.

Le Wisconsin, en 2008, puis le Massachusetts, en 2009, ont mis en place des programmes pilotes pour adopter le test TREC (cercles d’excision du récepteur des lymphocytes T) afin de détecter un faible taux de lymphocytes T chez un bébé, un indicateur de DICS. L’Immune Deficiency Foundation (IDF), l’organisation mère de SCID Compass, a joué un rôle important dans le plaidoyer pour que tous les États incluent le DICS dans leurs programmes de dépistage néonatal. L’IDF a mené une campagne pluriannuelle pour sensibiliser le public au DICS et pour augmenter la détection et le traitement précoces grâce au dépistage néonatal. Grâce à ces efforts, depuis le 1er décembre 2018, les 50 États procèdent désormais au dépistage du DICS.

Les trois étapes du dépistage néonatal
Le dépistage néonatal comporte trois parties différentes : la prise de sang ou le test de Guthrie (piqûre au talon), l’examen auditif et l’oxymétrie de pouls. Tous ces tests sont effectués dans les 24 à 48 heures suivant la naissance.

  • L’analyse de sang ou le test de Guthrie – détermine si un nouveau-né peut présenter l’un des nombreux problèmes de santé graves. Un petit échantillon de sang est prélevé sur le talon du bébé, ou parfois en prélevant du sang dans une veine, et placé sur une carte de dépistage néonatal. La carte de dépistage néonatal est ensuite envoyée à un laboratoire d’État pour être analysée.
  • Le dépistage auditif – détermine si un nouveau-né peut avoir une perte auditive. Deux tests différents peuvent être effectués pour un dépistage auditif. Les deux tests font appel à des écouteurs ou des oreillettes pour vérifier l’audition du bébé, généralement pendant qu’il dort.
  • Le test d’oxymétrie de pouls – détermine si un nouveau-né peut avoir certains problèmes cardiaques. Un capteur indolore est placé sur la peau du bébé pour surveiller la quantité d’oxygène dans son sang.